BEFR - Car Insurance BA - 728x90

Assurance Omnium (tous risques)

L’assurance omnium est une garantie optionnelle qui couvre les dégâts causés à votre propre véhicule. L’omnium intervient lorsque les frais engendrés ne peuvent être récupérés auprès d’une tierce personne (p.ex. bris de vitre, vol, incendie, …) ou lorsque cette personne est inidentifiable (p.ex. délit de fuite).

Exemple :
En cas d’accident en droit, les frais occasionnés à votre propre véhicule seront supportés par la partie adverse. A contrario, en cas d’accident en tort, les frais occasionnés à votre propre véhicule seront à votre charge, à moins de pouvoir faire intervenir une assurance omnium.

omniumLes options disponibles

L’assurance omnium peut être composée de diverses options :
(Les cas que nous énumérons sont généralement inclus dans ce type de garantie. Par sécurité, nous vous recommandons aussi de vérifier auprès de votre compagnie d’assurance et/ou dans les conditions générales de votre contrat.

Vérifier également si une franchise est d’application et dans quel cas).

Incendie

  • Incendie / feu
  • Explosion / jets de flammes
  • Foudre
  • Travaux d’extinction
  • Court-circuit sans flammes

Généralement :

  • Le lieu où est stationné le véhicule n’a pas d’importance (lieu public, garage, …)
  • Est exclu les dégâts causés par des matières inflammables ou explosives

Vol

  • Vol du véhicule ou d’éléments du véhicule
  • Dommages causés en vue de l’accomplissement d’un vol
  • Vol de plaque d’immatriculation, d’accessoires ou des clés
  • Dommages causés suite à une tentative de vol avortée

Généralement :

  • Est exclus le vol d’accessoires non fixes (p.ex. un GPS non encastré)
  • Un système antivol est exigé selon le type et/ou la valeur du véhicule
  • Intervention refusée si le véhicule n’est pas verrouillé ou si la clef de contact se trouve dans le véhicule

Bris de vitrage

  • Vitre brisée, fendue ou éclatée
  • Pare-brise
  • Vitres latérales
  • Lunettes arrière
  • Partie vitrée du toit ouvrant

Généralement :

  • Sont exclus les griffes ou les écaillements
  • Les vitres de protection des phares et des rétroviseurs sont exclues
  • Les réparations doivent être effectuées auprès d’une société distincte (p.ex. Carglass)

Forces de la nature

  • Grêle
  • Tempête
  • Ouragan
  • Raz-de-marée
  • Inondations
  • Avalanches
  • Chutes de pierres ou de neige
  • Tremblements de terre
  • Eruptions volcaniques

Attention :
Si la cause directe n’est pas une force de la nature, la garantie ne s’applique pas (p.ex. glisser sur une plaque de verglas ne sera pas assuré via cette garantie [mais via la partie « dégâts matériels »]).

Heurt avec des animaux

Généralement :

  • Sont exclus les chocs avec les animaux domestiques
  • Déposer une plainte auprès des autorités compétentes est requis

Dégâts matériels

  • Accident, collision avec d’autres véhicules ou autres objets (mur, arbre, poteau, …)
  • Acte de vandalisme

A retenir :
Intervention de la garantie même si la responsabilité de l’assurée est engagée. Couverture de tous les dégâts matériels au véhicule sauf : si cela est expressément exclus si le sinistre relève d’une autre garantie

Le choix des garanties

Selon la compagnie d’assurance, ces diverses garanties sont regroupées en pack d’options.
Les formules les plus communes sont l’omnium partielle et l’omnium complète.

Omnium-partielleOmnium complète

Toutefois, auprès de certaines compagnies, il est aussi possible de choisir certaines garanties séparément (p.ex. uniquement le bris de vitre). Il existe aussi de nouvelles formules « hybrides » auprès de certaines compagnies, couplant l’omnium partielle à une option « perte totale » (à mi-chemin donc entre l’omnium partielle et complète).

Notre conseil :
Par conséquent, prenez soin de correctement analyser la formule choisie et ne vous laisser pas appâter par des formules tarifairement moins élevées, sous peine de connaître éventuellement un refus d’intervention ultérieurement alors que l’on pensait que ce cas de figure était compris dans le contrat d’assurance souscrit.

Quelle assurance Omnium privilégier ?

tout risque

Il n’existe pas de réponse type à ce niveau. La nécessité de souscrire à une assurance omnium (ou non) dépendra de vos besoins personnels qui seront indirectement liés à votre situation personnelle, à vos habitudes, à l’âge de votre véhicule, au quartier que vous habitez, etc …

A titre d’exemple :
  • Si vous habitez dans une zone rurale ou si vous disposez d’un garage fermé ou si vous ne parcourez que quelques kilomètres par semaine et/ou privilégiez habituellement les transports en commun, la nécessité de souscrire à une assurance omnium pourra se poser.
  • A l’inverse, si vous parcourez beaucoup de kilomètres chaque jour, dans une circulation dense, en pleine heure de pointe et/ou que vous habitez dans une zone urbaine, que vous ne disposez pas d’un garage, il sera davantage utile de souscrire à une omnium.

Généralement, les compagnies d’assurance vous conseilleront de souscrire à une omnium complète dès à partir du moment où le véhicule aura été immatriculé pour la 1ère fois et ceci jusqu’au 4 ou 5 ans du véhicule. Une fois atteint cette âge, il vous sera conseillé de passer à une omnium partielle jusqu’à ce que votre véhicule ait atteint les 7 ou 8 ans d’âge.

Notre conseil :
Prenez en compte votre situation personnelle uniquement et ne vous basez pas uniquement sur les recommandations de « monsieur tout le monde ». Vous concernant, compte tenu de votre situation personnelle et unique, il sera en effet peut-être nécessaire de souscrire à une omnium plus longtemps ou d’y renoncer plus rapidement que ce qu’on peut voir habituellement.

Vous avez dû recourir à un prêt financier pour l’achat de votre véhicule ?

En tel cas, nous vous recommandons vivement, au minimum pendant le temps de remboursement de votre prêt, de souscrire à une assurance omnium complète. Il serait en effet fort dommage de devoir continuer à rembourser un prêt pour un véhicule qui a été déclaré perte totale et pour lequel vous ne pourriez prétendre à aucune indemnisation d’un tiers (accident en tort p.ex.) !

Quelle valeur indemnisée ?

valeur indemniséeLe montant de l’indemnisation dépendra du système choisi par la compagnie d’assurance.

Voyons les différentes possibilités :

  • Valeur à neuf : il s’agit du prix du marché actuel, au lieu du prix d’achat.
  • Valeur agréée : il s’agit de la valeur convenue de commun accord avec l’assureur lors de la souscription du contrat. Une dégressivité peut être prévue contractuellement en fonction de l’âge du véhicule.
  • Valeur réelle : il s’agit de la valeur du véhicule avant accident. Cette valeur est déterminée par un expert et dépend entre autres de l’état général du véhicule, de l’âge et de son kilométrage.

A noter que plusieurs systèmes peuvent coexister au sein d’un même contrat, selon par exemple l’âge du véhicule.

Exemple :
Durant la première année de contrat d’assurance d’un véhicule neuf, celui-ci sera assuré en valeur à neuf. De la 2ème jusqu’à la 5ème année, le véhicule sera assuré en valeur agréée. Dès à partir du moment où le véhicule sera âgé de 5 ans, le véhicule sera assuré selon sa valeur réelle.

En valeur agréée, une dégressivité peut être instaurée. Vérifiez auprès de la compagnie d’assurance quel est le fonctionnement de ce procédé, à partir de quel moment celui-ci débute et surtout s’il n’est pas trop pénalisant.

Exemple :
Le véhicule est assuré pour une valeur de 15.000€. Le contrat prévoit une indemnisation en valeur agréée à partir de la 2ème année de vie du véhicule et une perte de valeur de 1% par mois écoulée, prenant cours à partir du 13ème mois d’âge du véhicule. Le véhicule subit une perte totale 3 ans (36 mois) après sa date d’immatriculation. La valeur indemnisée s’élèvera alors à 76% de la valeur assurée, soit 11.400€.

Quelle franchise ?

question

D’une manière générale, retenez que la valeur réelle est souvent moins favorable pour le client que la valeur agréée (ou naturellement la valeur à neuf).
Plusieurs franchises sont généralement possibles auprès d’une compagnie d’assurance. Celles-ci peuvent s’élever à 0%, 2,5%, 5%, 7,5%, 10% ou davantage encore, de la valeur assurée. La règle générale veut que, plus la franchise est élevée, moins la prime sera élevée !

Il convient également de vérifier à quelles garanties s’appliquent cette franchise ?
Généralement, la franchise ne s’applique qu’à la partie « dégâts matériels ». L’assurance omnium étant toutefois non réglementée, libre à chaque assureur de fixer ses propres modalités.

A titre d’exemple, il n’est pas rare de voir une clause dans le contrat stipulant qu’il n’y a pas de franchise à la condition que les réparations se fassent auprès de l’un des garages agréés de la compagnie d’assurance. En cas contraire, une franchise sera due.

Qu’est-ce qu’une franchise anglaise ?

Attention aux franchises prétendument être de 0% ! Derrière les beaux discours se cache parfois une franchise dite « de type anglaise ».

Qu’est-ce que cela signifie ?

Une « franchise anglaise » signifie en réalité que l’assureur n’interviendra en général qu’à partir d’un certain seuil préalablement défini :

  • Si le seuil est atteint, l’assureur prend tous les frais à sa charge
  • Si le seuil n’est pas atteint, l’assurance n’interviendra pas et les frais seront à charge du client

Ce seuil s’élève généralement à 2,5% de la valeur assurée.

Exemples :

Monsieur X a malencontreusement embouti le pare-choc arrière de Monsieur Y. Ce dernier se verra indemniser les dégâts à son véhicule par la garantie RC de Monsieur X. Monsieur X décide de faire intervenir son assurance omnium pour les dégâts à son propre véhicule. La valeur assurée renseignée dans son contrat s’élève à 15.000€.

Situation 1:
Monsieur X bénéficie d’une franchise de 5% et le garagiste estime le coût des réparations à 1500€.
Monsieur X devra débourser 750€ de sa poche tandis que l’assurance paiera le surplus, soit 750€.
Situation 2:
Monsieur X bénéficie d’une franchise de 0% (mais à la condition que les débours excède 2,5% de la valeur assurée – franchise anglaise) et le garagiste estime le coût des réparations à 250€.
La franchise anglaise s’élevant à 375€, tous les frais de réparation seront à charge de Monsieur X.
Situation 3:
Monsieur X bénéficie d’une franchise de 0% (mais à la condition que les débours excède 2,5% de la valeur assurée – franchise anglaise) et le garagiste estime le coût des réparations à 450€.
Les frais étant supérieurs à la franchise théorique de 2,5%, Monsieur X n’aura rien à débourser et tous les frais seront pris en charge par la compagnie d’assurance.

Quand parle-t-on de Perte Totale ?

perte totaleUne « perte totale » signifie que le coût pour réparer votre véhicule dépasse la valeur de celui-ci.

Il y a lieu de distinguer la perte totale technique et la perte totale économique.

  • On parle de perte totale technique lorsque l’état du véhicule accidenté est tel qu’il est techniquement impossible de le réparer (afin d’offrir la sécurité suffisante pour pouvoir rouler sans danger).

Exemple : Véhicule ayant séjourné longtemps dans l’eau, véhicule complètement incendié, …

  • On parle de perte totale économique lorsque la réparation est techniquement possible mais que les frais de réparation sont supérieurs à la valeur du véhicule avant le sinistre (montant diminué du montant de l’épave).

Exemple : La valeur avant sinistre de votre véhicule est de 5000€. La valeur de l’épave (véhicule accidenté) est de 2000 Euros. Le montant d’une réparation éventuelle s’élèverait à 4000€. Etant donné que 4000€ est supérieur à 3000€ (5000 – 2000), l’expert déclarera la perte totale.

A savoir :
Vous avez le droit d’exiger une contre-expertise lorsque le montant qui vous est proposé par l’expert mandaté par la compagnie d’assurances (ou sa décision de manière générale) ne vous satisfait pas. Sachez cependant que les frais en cas de contre-expertise seront généralement à votre charge (à moins de disposer d’une protection juridique étendue).
Si la perte totale est prononcée, l’expert déterminera la valeur de votre véhicule :
= valeur du véhicule avant le sinistre, si le véhicule avait dû à ce moment-là être vendu sur le marché de l’occasion, entre particuliers. L’assureur vous indemnisera de ce montant.
A retenir :
Vous avez la libre disposition de l’indemnité payée par votre assureur. Vous déterminez donc vous-même si vous laissez réparer votre voiture ou non, ou si vous achetez éventuellement un nouveau véhicule.

Les véhicules accidentés ont tendance à être un peu trop rapidement déclaré en perte totale, alors que techniquement et/ou économiquement, ils seraient encore réparables. N’hésitez dès lors pas à réclamer une contre-expertise et/ou vous faire assister d’un avocat afin de préserver vos intérêts.

Quels frais sont remboursés ?

Outre les frais de réparation de votre véhicule personnel, vous pouvez prétendre à divers autres frais supplémentaires. Ceux-ci ne sont pas nécessairement acquis par défaut et dépendent des conditions générales de votre contrat, de la législation, de la nature et/ou des circonstances de l’accident, voire de vos facultés de négociation.

En voici une liste non exhaustive :

  • TVA : la TVA est due dans tous les cas, en raison du principe que la personne lésée peut disposer librement de l’indemnité accordée. Par contre, si la personne lésée est assujettie à la TVA, le remboursement de cette taxe ne sera pas dû.
  • Indemnisation du dommage résultant de l’inutilisation du véhicule suite à l’accident. Une indemnisation journalière forfaitaire est en général accordée pour l’immobilisation du véhicule.
  • Indemnisation suite à l’immobilisation du véhicule durant le délai d’attente et le délai de réparation (ou le délai nécessaire pour s’acheter une nouvelle voiture et effectuer les démarches administratives). Il s’agit généralement d’un montant forfaitaire journalier.
  • Frais de remorquage. Ces frais sont indemnisés sur production des pièces justificatives.
  • Frais d’immatriculation et de mise en circulation. Le véhicule acheté suite à la perte totale du véhicule doit être immatriculé et cela engendre certains frais qui peuvent être remboursés par l’assureur (les frais seront toutefois calculés sur base du véhicule sinistré).
  • Frais de contrôle technique. Une visite au contrôle technique est obligatoire pour tous les véhicules et remorques ayant subi, suite à un accident, des détériorations affectant le châssis, la direction, la suspension ou le dispositif de freinage, ou ayant subi un sinistre total économique.
  • Dépréciation du véhicule après réparation. Les indemnités pour dépréciation sont rarement accordées. En effet, la réparation du véhicule permet de remettre le véhicule dans l’état où il se trouvait avant l’accident.
mais encore …
  • Frais d’expertise. Toutefois en cas de contre-expertise, les frais seront généralement à charge de celui qui l’a réclamée.
  • Location d’un véhicule de remplacement. Pour pallier au fait que le véhicule est inutilisable, un véhicule de remplacement peut être loué. L’indemnité due peut éventuellement être diminuée du fait que le véhicule de la personne lésée n’est pas soumis à l’usure vu qu’il n’est pas utilisé et parfois, c’est directement l’assureur qui mettra un véhicule de remplacement à la disposition de la personne lésée.
  • Frais de financement. En attendant que l’indemnité soit payée, la personne lésée sera peut-être obligée de faire un emprunt pour couvrir les frais de réparation ou l’achat d’un véhicule de remplacement. Dans tous les cas, la personne lésée devra prouver qu’elle ne disposait pas des fonds nécessaires pour pouvoir prétendre à un tel remboursement.
  • Frais d’entretien du véhicule, effectués jusqu’à 12 mois avant le sinistre.
  • Rapatriement du véhicule et de ses passagers.
  • Frais d’extinction de l’incendie.
  • Nettoyage de la voiture et des vêtements si transport bénévole de personnes blessées.
  • Les dommages aux vêtements et aux biens transportés sont la plupart du temps indemnisés forfaitairement.
  • Rapatriement du véhicule et de ses passagers.

Quelles sont les exclusions ?

exclusions

Voici une liste non exhaustive de cas pour lesquels votre compagnie d’assurance pourrait refuser l’intervention de votre assurance omnium :

  • Les dommages aux objets transportés (GPS portables, GSM, ordinateur portable, …)
  • Les sinistres causés intentionnellement ou faisant suite à la participation à une course de vitesse
  • Les dommages causés uniquement aux pneus ou causés par un objet ou un animal transporté
  • Les dégâts faisant suite à un état d’ivresse
  • Absence ou déchéance du permis de conduire
  • Contrat suspendu suite à défaut de paiement
  • Une maladie non signalée à l’assureur
  • Surcharge du véhicule et/ou de la remorque
  • Aggravation du risque non signalée à l’assureur
  • Manque évident d’entretien du véhicule assuré
  • Tout autre cas avéré de fraude

Notez que la charge de la preuve incombera toujours à l’assureur. Ce sera donc lui qui devra pouvoir prouver les faits que l’on vous reproche. En l’absence de preuve, il y a aura généralement intervention en votre faveur.

Si la preuve (de fraude p.ex.) n’a pu être établie mais que les suspicions sont ou restent importantes, il y a fort à parier que votre compagnie d’assurance résiliera votre contrat d’assurance aussitôt que possible.

Quel impact sur votre contrat s’il y a intervention de l’Omnium ?

Généralement, faire intervenir la partie « dégâts matériels » de son assurance omnium aura un impact financier sur la prime et celle-ci sera revue à la hausse lors de la prochaine date d’échéance annuelle de son contrat.

Selon la compagnie d’assurance, les dispositions peuvent être différentes et dans tous les cas, celles-ci doivent être détaillées dans les conditions générales de votre contrat.

Certains assureurs calquent aussi le système de valorisation (ex : degré bonus/malus) de la garantie RC sur la garantie omnium. D’autres préfèrent instaurer des augmentations exprimées en pourcentage (ex : une intervention signifiera 10% d’augmentation).

A noter que cette augmentation ne peut concerner que la garantie omnium ! En aucun cas, la hausse ne peut être imputée sur la garantie RC s’il n’y a pas eu intervention de celle-ci.

Exemple:
Monsieur X recule avec son véhicule et par inattention, emboutit un muret. Son pare-choc est cassé. Monsieur X souhaite que son assurance omnium couvre les frais de réparation.
Etant donné l’absence de tiers lésé, la garantie RC n’a pas dû intervenir. Seule l’assurance omnium intervient dans le cas présent et en conséquence, la garantie RC ne sera pas malusée mais la garantie omnium, par contre, pourra l’être.

Généralement, faire intervenir l’une des garanties constituant habituellement une omnium partielle n’a pas d’impact financier (nous vous recommandons toutefois de vérifier auprès de votre assureur).

Notre conseil :
Etant donné le coût indirect que représente une intervention omnium, nous vous recommandons également de demander à votre assureur une estimation du coût que cela représentera sur votre future prime d’assurance. Dans les cas où les coûts de réparation sont peu élevés, il peut s’avérer judicieux de ne pas faire intervenir son assurance omnium et de prendre les frais à votre charge ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, vous pourriez financièrement être gagnant au final !

Le tarif de la garantie Omnium

Le lieu du parkingLes éléments entrants dans la tarification de l’omnium sont généralement les mêmes que ceux de la RC. Mais à un degré moindre.

L’élément principal de tarification est la valeur du véhicule assuré. La compagnie fixe librement la valeur qu’elle souhaite voir reprise dans le contrat et qui servira d’élément central pour établir le montant de la prime due.

Cet aspect est repris dans les conditions générales du contrat mais généralement, la compagnie d’assurance se base sur la valeur catalogue du véhicule assuré (à savoir : la valeur à neuf hors TVA, hors taxes et éventuelles réductions que vous auriez pu négocier avec le vendeur).

Il est naturellement possible d’assurer les options que vous avez souhaité installer dans votre véhicule (système autoradio intégrée, toit panoramique, intérieur cuir, etc …), même si vous les avez reçu gratuitement (par contre, les objets non fixes, p.ex. GPS amovible, sont généralement exclus).

Enfin, sachez que si la valeur assurée est inférieure à la valeur réelle du véhicule, on parlera de sous-assurance et une règle proportionnelle sera effectuée et vous ne serez pas indemnisé intégralement.

A savoir :
– Il est aussi possible d’assurer la TMC (taxe de mise en circulation). Cela ne s’avère utile que si celle-ci est élevée. – Généralement, le système antivol est assuré gratuitement. – Les équipements installés après acquisition sont généralement assurés gratuitement jusqu’à un certain pourcentage de la valeur assurée (référez-vous aux conditions générales de votre contrat). – La TVA n’est pas reprise mais elle sera toutefois indemnisée en cas de réparation (à moins qu’elle soit déductible, auquel cas veuillez le signaler à votre assureur. En tel cas, il est probable que cette spécificité puisse être renseignée dans votre contrat, avec pour conséquence une diminution du montant de la prime omnium).
      Assurance Belgique
      Assurance Belgique
      Login/Register access is temporary disabled
      Comparer:
      • Total (0)
      Compare
      0
       Assurance auto Toruing
      MAINTENANT